Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2015 7 04 /10 /octobre /2015 17:15



Janvier 2015


Très déprimé. Grosse envie de pleurer. Etat post Noël. Rien ne va dans ma vie. Je me sens si seul, si triste. J’ai foiré mes examens. Je décroche de la formation. Mes projets d’édition de manuscrits n’avancent pas, ne m’apporteront pas gloire, argent, femmes et amis. Je ne sais pas ce que j’ai. Peut-être est-ce une conjonction d’événements. J’ai toujours des troubles identitaires profonds. Je ne sais pas qui je suis, comment me protéger des attaques et intrusions de l’extérieur, préserver mon moi. Je ne trouve pas d’issue professionnelle. Ma vie me paraît un non sens. J’ai lu, analysé des milliers de livres pour me retrouver sans rien, obligé de postuler pour faire la plonge, comme les émigrés russes aux USA avec Limonov, sauf que je ne suis pas un exilé, je suis dans mon propre pays et une minorité d’expatriés ne me soutient pas. Je déteste ma vie.
J’ai du sang dans les selles. Peut-être suis-je malade, ce qui ne m’étonnerait pas vu mon genre de vie. Ca m’angoisse. Pause de 20jours dans la formation. 20j sans voir le groupe, pendant lesquels je vais être très seul. Je supporte de moins en moins la solitude.
La maison de mon enfance va être vendue. La seule que j’ai connue pour ainsi dire. Adieu maison.
Et plus de S ! Je suis tombé amoureux je crois, d’une fille de la formation. La vie me paraît vide sans elle, sans intérêt. Comment la séduire, comment m’en rapprocher ? 20jours sans elle, c’est vraiment dur !
Le temps lui-même s’y met. Je pense au suicide. L’alcool va m’aider ce soir à y résister.


Angoisse. Je devrais être content de moi, et pourtant je ne suis pas heureux. J’ai accompli ce que je devais accomplir. Je n’ai pas fui, par 2 fois, l’émotion. Je vois S demain matin. J’ai trouvé un prétexte. Si ça se passe bien, alors cela générera aussi de l’angoisse, pour la suite à donner, et quelle suite. Si ça ne donne rien, alors l’illusion cessera, mais il y aura un contre coup et de la souffrance. Enfin, ça libérera de l’espace pour d’autres femmes tout aussi attirantes et plus disponibles. Finalement, la situation s’avérera plus compliquée si on est en phase. Les choses se mettent en place doucement. Sos amitié, l’aïkido, l’édition, les femmes, la formation. Pas encore le travail !
Mon souhait, c’est d’être seul avec S demain. j’espère que V ne sera pas là, ni L d’ailleurs. Enfin, quelque soit la situation, c’est une expérience à vivre. Au cas où ils seraient présents, ça peut être amusant d’observer leur réaction.
Mon principal problème, c’est la solitude. Puis il y a le blocage professionnel. Mais je suis tellement pressé de vivre, que je suis toujours [ …] le soir. Et je ne sais dans quelle direction aller. Enfin, avec S, jamais je n’ai tenté et été aussi proche d’une femme dont j’étais aussi épris. Sauf avec F C. Mais je n’y pensais pas sexuellement. Je ne sais même pas si je me suis masturbé une seule fois avec elle comme objet.


Assez déprimé. j’ai pourtant eu une semaine intense. Mais je me sens très seul. Et j’ai des problèmes intestinaux qui commencent à m’inquiéter. Je vais réduire le café, et sans doute consulter.
Mes projets d’édition foirent. Pourtant j’ai eu 3 réponses positives, des éditions Almathée, Mélibée et Baudelaire, sur les 4 envois. (plus tard les éditions Persée me donneront également une réponse positive) Mais à chaque fois, ils demandent 1 coût participatif de + de 2000 euros. Même si les 300 exemplaires étaient vendus, je ne rentrerais pas dans mes frais.
Je suis obnubilé par S. Je ne sais si je l’attire. J’y pense sans arrêt. Ecart d’âge, de culture, de goût, mais qu’importe elle me plaît !
Pendant que j’écris, mon ventre craque de partout. Ca m’angoisse. Je vais prendre des calmants.
Pour S, elle est amie avec moi sur Facebook. C’est elle qui m’a suggéré l’idée, mais j’ai du faire la démarche de la trouver, ce qui s’est avéré non direct puisqu’elle se cache sous un pseudo. Ca va peut-être faire avancer les choses. Soit elle n’est pas attirée par moi, soit elle l’est et, curieuse comme je crois qu’elle l’est pour moi, elle fera des recherches sur moi et ma vie. Là elle tombera sur mon blog, et il se pourrait que ce soit un tournant. Soit elle s’effraie et c’est fini. Fin de l’attrait à mon égard. Soit elle est touchée, impressionnée, intriguée. Et elle va continuer à m’envoyer des signes. Il peut aussi y avoir plusieurs phases, aller et retour entre attirance et rejet. Je verrai bien. J’ai hâte que ça s’éclaircisse, et peur aussi.


Tristesse. je suis actif, mais je décroche de la formation. Je ne parviens pas à travailler seul, ni en Bu. Je pense sans arrêt à S. Il va falloir que j’avance. Si elle dit oui, va y avoir un stress, si c’est non, je risque de m’effondrer. Pour moi, pour l’instant, il n’y a qu’elle.


J’ai le cafard. Ca y est, la maison est vendue. Je ne sais toujours pas qui je suis. Expérience intéressante avant-hier. Dans un bar, je me suis regardé dans la glace. J’ai réussi. Assez étonnant comme expérience, mais ça a débloqué des choses. D’habitude, je fuis les glaces. Or, il y en partout dans nos sociétés. Je dois ressembler à un automate qui fuit son image. Dans la rue, le bus, devant l’écran. C’est étrange, parce que quand j’accepte de me regarder, mon horizon s’élargit. Les filles me regardent plus, me sourient, rougissent. J’ai beaucoup de succès en fait. Quelque chose en moi leur plaît.
Je n’avance pas avec S. J’ai failli lui envoyer un message assez explicite et la rayer de mes amis de Facebook. En effet, dès que j’y vais, j’attends un message qui ne vient pas. Je la crois assez indifférente maintenant. Je me demande même si elle ne me fuit pas. Il n’est donc plus question de lui envoyer mon bouquin. Mais pourquoi s’est-elle barrée lors du dernier message que je lui ai envoyé en ligne ? Pourquoi ne m’en envoie-t-elle jamais ? Jamais un « comment tu vas ?», « que fais-tu ?», « pourrions-nous nous voir ? » Elle ne brûle donc pas du désir de me voir ? Elle ne se consume pas d’amour pour moi comme je me consume d’amour pour elle ? Elle a de l’appétit quand mon ventre a faim mais mon esprit s’y refuse ? Eh bien, si je ne veux pas trop souffrir, et la préserver comme ami sur Facebook, je me vois contraint de n’y plus aller. De toute façon, c’était un rituel qui ne m’apportait pas grand chose. Je n’y allais que pour elle.
Et puis j’ai avancé. Elle sait où me trouver si elle veut vraiment.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens