Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 09:35

 

Jack London savait de quoi il causait quand il parlait de travaux abrutissants. Il en avait eu plus que sa part, et il avait commencé jeune. Des emplois chronophages, qui, en plus de prendre beaucoup de temps, sont si épuisants qu’ils empêchent de réfléchir, et ne laissent aucune énergie pour permettre la fructification de ses dons, la découverte d’activités stimulantes. La critique des conditions de vie et de travail des exploités est un leitmotiv de son œuvre, et il s’est engagé pour le socialisme, parce qu’il savait que bien peu, comme lui était parvenu à s’en libérer, pouvait s’échapper des déterminismes sociaux. Il était l’exception qui confirme la règle, comme Genêt, Pasolini. Il est des emplois déshumanisants à force de contrainte. Brian avait connu ce genre de travail. Il y avait rencontré des hommes et des femmes intéressants, énergiques, curieux, disposant d’une culture qu’ils s’étaient forgés eux-mêmes, plus ou moins lacunaire et cohérente. Ils étaient broyés par le système. Celui-ci ne leur permettait pas de pousser leur recherche, d’affiner, de s’exprimer, exposant et communiquant leurs interrogations, thèmes privilégiés, certitudes provisoires. C’était, comme à l’armée : « On te demande pas de penser, mais d’obéir », et pour ceux qui avaient des prédispositions et encore la force de se questionner, on les brisait ; le métier, la hiérarchie, les compagnons de chaîne. Comme on était coincé, on ne se permettait pas la plainte, on se l’interdisait, et on paraît cette faiblesse des couleurs de la vertu. Et comme on se dupait ! « Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Quelle connerie ! Brian ne croyait même pas à la maxime modifiée : tout ce qui ne nous tue pas peut nous rendre plus fort. Parfois on plonge, et c’est pour de bon. La réalité, c’est qu’on vieillissait, on fatiguait, tous ses proches mourraient les uns après les autres, et on cherchait désespérément une raison de tenir le coup, encore un peu, et la plupart du temps, on n’en trouvait pas On n’avait plus de ressort.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lawrence King
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens