Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2018 2 16 /10 /octobre /2018 21:27

Lors d’une discussion avec Frère Tang, un ami membre des Triades, celui-ci dit à Brian que le crime ne paie pas. Si, il paie, si l’on appartient à la classe dominante. Si le plus fort n’accepte pas la contrainte, qui l’y contraindra ? Une coalition de plus faibles devenue plus forte ? C’est encore le plus fort. De toute façon, il n’y a pas de séparation des pouvoirs. Les chefs de l’exécutif, du législatif, du judiciaire sont maris et femmes, pères et fils, (encore là peut-il y avoir du drame et des crises salutaires), amis d’enfance. Impossible pour eux de se juger mutuellement. « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », « La justice est la domination d’une classe sociale sur une autre ». Cela a été écrit  et réécrit dans ce livre, mais il s’agit d’une vérité, et c’est comme un mantra pour Brian.

 

Il discuta de l’amour avec frère Tang. Quelque part, Laurianne, s’emportant à tout propos très violemment, lui rappelait son père, avec ses yeux bleus et froids, tandis que Clara lui rappelait sa mère, avec ses yeux méchants, pleins de reproches pour on ne sait quelle raison, une ambivalence ou un désir non assumés. Un regard réprobateur, inquisiteur, partagé par son père d’ailleurs, qui évaluait, dévaluait, et qui sidérait encore Brian quand il se sentait regardé. Il découvrait qu’il lui était possible d’exprimer son ressenti par les mots, mais qu’il en était incapable par le corps, que son corps ne pouvait, ou qu’il ne lui permettait pas de laisser paraître des émotions, de la vulnérabilité. La seule chose qu’il pouvait exposer par le corps, c’était la pratique martiale, car c’était son domaine et en se concentrant naturellement sur ses mouvements, il rentrait comme en transe et oubliait partiellement les regards braqués sur lui.  Par contre, il s’était découvert un nouveau rire, un rire sonore. Comme tout était inhibé, il souriait, riait, mais sans émettre de sons, comme toute sa famille bloquée. Et ce qu’il avait pris pour un trait de caractère, était encore le fruit de son éducation répressive dont il se débarrassait progressivement. C’était si difficile d’apprendre à vivre, sans se juger constamment. Et donc, avec Frère Tang, ils parlèrent de l’amour et de l’importance de faire sourire et rire la femme désirée. Mais Brian lui dit qu’il fallait renverser les perspectives. On pouvait tenter toutes sortes de stratagèmes, on ne tirerait rien d’une femme indifférente, mais une femme séduite sourierait au moindre geste, à la moindre parole insignifiante, naturellement, spontanément. Ce n’est donc pas le fait de générer du rire qui provoque l’attirance, c’est l’attirance qui provoque le rire, dont c’est la conséquence, l’effet visible.

 

Brian fit la rencontre de la sœur de l’ami Indonésien qui l’avait aidé à tuer Jolloré. Elle était une jeune étudiante de droit. Ils parlèrent du Silat, que son père pratiquait aussi, de culture Indonésienne, du racisme des français vis-à-vis des Chinois avec lesquels on la confondait, ce qui l’exaspérait, l’Indonésie ayant son identité propre, très éloignée de la Chine. Elle était dynamique, jolie, et gentille. Un archétype du charme de la jeune fille. Et c’était plaisant. Il existe un courant de féministes agressives qui considèrent qu’un femme ne doit pas être gentille, et qui s’érige contre ce qu’elles considèrent comme des habitudes culturelles de soumission. Clara était de ces féministes. On oublie à quel point c’est agréable, une femme serviable, gentille sans être niaise, à l’écoute sans docilité, dont le caractère énergique n’a pas altéré la douceur. Tellement loin des animatrices de TV et de radio agressives et vulgaires dont le modèle se répand dans toute la société. C’est comme s’il fallait être méchant pour pas avoir l’air con, et ça vaut pour les hommes aussi. Et puis, rejeter les vertus supposées de la féminité, comme s’il était honteux d’en être pourvues, c’est aussi intérioriser le discours machiste, dominant, car le garçon, malheureusement, se construit contre la fille, qui sert de repoussoir. On ne cesse de lui répéter : « N’agis pas comme une fille, t’es pas une fille quand même… », comme si c’était une tare d’être une fille, et les féministes qui refusent toute spécificité aux femmes épousent en quelque sorte l’idéologie qui stigmatise tendresse et gentillesse. Quoiqu’il en soit, c’était tellement reposant, une femme bien dans son corps, respectueuse de l’homme respectueux, attirée aussi, et contre laquelle il ne fallait pas se défendre, s’épuiser dans un affrontement typique des sociétés modernes. Le repos du guerrier avec  une femme qui n’était pas une guerrière, et ne cherchait pas à l’être !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens