Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2018 7 11 /11 /novembre /2018 19:10

 

On prétend concilier l’hommage aux poilus, aux anciens combattants, aux « morts pour la France », et la stigmatisation de la guerre comme quelque chose de néfaste, d’effroyable. En fait, honte aux poilus. Il aurait fallu les poursuivre en justice, pour crimes et lâcheté de non mutinerie, d’’acceptation massive de la guerre, pour avoir tué des millions d’êtres humains, et s’être fait tuer par millions pour des politiques et des financiers, pour un idéal, la Patrie, qui est une création éphémère. Honte à eux ! Les tueurs en série sont des « monstres » voués à la vindicte populaire quand ils tuent trois personnes. Mais ils souffrent d’un manque d’empathie, sont malades et devraient être soignés. Et les braves gens, ordinaires, qui ont des émotions, tuent et torturent des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, parce qu’encouragés, imposés par l’Etat, et cela sans résistance, et avec bonne conscience. Qui sont les vrais monstres? Pour le troupeau infâme et abject, combien de saints hommes, comme jean Genêt ou Pasolini ?

Hypocrisie des démocraties française, américaine, qui font du viol un crime, mais qui placent les gens dans des institutions, les prisons, dont une grande proportion des jeunes prisonniers se font violer, ce qui pourrait être évité, mais est permis par l’Etat. « Tu vois la paille dans l’œil de ton prochain, mais pas la poutre qui obstrue ton œil ».

On parle des crimes de guerre mais on a négligé, pendant tant d’années, le phénomène de bouc-émissaire. Si les causes du processus de rejet et de destruction, d’anéantissement du camarade de classe sont la plupart du temps liées à des problèmes de socialisation, d’intégration au groupe causés par les difficultés de l’environnement, des parents, il reste que les pauvres enfants ou adolescents, et les adultes victimes de ce lynchage  qui peut durer tout le temps de la scolarité, et qui consiste en des insultes, des coups, des humiliations, des brimades de toutes sortes, ces êtres blessés donc, sont conduit à l’isolement, subissent un stress continu, éprouvent une phobie scolaire légitime,  ont une estime de soi désastreuse, et puisque cet ostracisme est inscrit dans la durée, on peut légitimement parler  à propos de ce rejet, d’actes de torture perpétrés dans les écoles en France, et partout dans le monde.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens