Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 22:52


Il est coutumier d'entendre les Bouddhistes stigmatiser les "émotions négatives". Pour eux, non seulement la souffrance domine, mais il faut toujours l'annihiler. Ils rejoignent Spinoza pour qui la joie est "augmentation de la puissance d'agir" et la tristesse "diminution de la puissance d'agir".

C'est oublier que la tristesse a son rôle. Elle nous est nécessaire, comme la peur. Elle nous est même indispensable biologiquement. Et puis la tristesse, la  souffrance, les émotions négatives font parties de l'expérience humaine, de la gamme naturelle de nos affects.Vouloir en atténuer l'impact, c'est normal, à condition de rester dans les limites d'une saine dialectique. Mais chercher systématiquement à les écarter, à les étouffer par des méthodes non naturelles, comme la méditation, à chaque fois qu'elles émergent, conduit à amputer l'être d'une partie substantielle de lui-même, et cette dénégation d'un vécu ordinaire ne manquera pas de faire retour symptômatiquement.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Blog(fermaton.over-blog.com),No-22. - THÉORÈME OMÉGA.- La Science des Sciences.
Répondre
M

Vivre la méditation, qui est la seule "situation naturelle" réélle comme artificielle montre combien il est nécessaire d'avoir une relation vraie avec un maître, pour écarter ne serait-ce qu'un peu
le voile de l'illusion mentale...
C'est triste et dommage.


Répondre
F


L'avez-vous, cette relation avec un maître? C'est tellement difficile à en trouver , et, lorsque nous en trouvons un, tellement difficile de le suivre, puis de s'en détacher.



M

Il importe 'insister sur la compassion, qui est le moteur de la libération: accompagnée de la Sagesse transcendante, elle née de la prise de conscience de l'immensité de la souffrance et du nombre
incommensurable d'êtres qui errent sans fin dans les 6 états du samsara. On développe alors l'esprit de l'éveil qui consiste à consacrer tout son être à aider les êtres à se libérer de la
souffrance. Ce n'est que le don ultime de soi-même qui permet de se libérer de l'emprise de l'ego qui voile la réalité des choses.


Répondre