Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 20:31

Et si Sartre, dans son existentialisme, avait tout faux, si tout son système n'était qu'un mensonge, un raisonnement protecteur dont il ne pouvait se passer, dont il avait besoin pour vivre? La séparation entre animaux et êtres humains, les uns libres et les autres déterminés parce que seuls les hommes se font eux-mêmes librement (l'existence précède l'essence) est un postulat métaphysique. Sartre ne dépasse pas Kant sur ce point. On ne peut valider le libre-arbitre que pour raisons pratiques, et même l'impression subjective de la liberté ne signifie et ne prouve pas qu'on est libre, comme l'ont exposé La Mettrie, Spinoza ou Hume.

Pour Sartre, prétendre le contraire, c'était nier sa responsabilité, être de mauvaise foi. Il se pourrait en fait qu'il ne pouvait affronter la possible réalité, le postulat contraire d'un déterminisme total, et que, faute de la puissance nécessaire ou de l'équilibre psychologique pour vivre avec cela, il fut poussé sa vie entière à édifier un système avec la liberté au centre comme obsession.

Plus il allait, plus il prenait en compte les déterminismes sociaux et structurels, comme la guerre, l'économie, qui contraignent l'individu, et plus ses tentatives d'harmoniser dialectiquement existentialisme et contraintes situationnelles se compliquaient, s'avéraient impossibles (La critique de la raison dialectique).

Et, si, finalement, Sartre, niant également certaines avancées de la psychanalyse, en restant fondamentalement Cartésien, avait triché toute sa vie avec lui-même, avait, bien davantage que le garçon de café, été de mauvaise foi, et si toute sa philosophie dans sa version existentialiste était fondée sur une faiblesse?

Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 20:21

Je déplore le manque de critique des partisans de la méditation de toutes obédiences.

On peut être très équilibré et n'avoir jamais pratiqué d'exercices méditatifs..Les scientifiques s'exclament, enthousiastes, du fait que les experts en méditation (genre 50000 heures) ont modifié leur cerveau et ont des capacités plus élevés en moyenne en termes d'attention, de concentration, Oui et alors?

50000 heures, c'est colossal, et ce temps aurait aussi bien pu être employé à apprendre le piano, le yoga ou toutes activités, ce qui aurait d'ailleurs également modifié le cerveau et développé des capacités.

La mindfulness peut être très bénéfique, mais ses théoriciens et ses adeptes manquent d'esprit critique et de recul quant à leur pratique. Les points de vue philosophique, psychologique, économique, sociologique me semblent bien plus pertinents pour comprendre la naissance de ce besoin, et ses limites, que les points de vue des méditants avec leurs oeillères.

Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 20:12

Plus je lis Montaigne, plus je l'apprécie. Je le considère bien au-dessus de Pascal, non en termes d'intelligence, mais de courage, du courage nécessaire pour penser contre soi.

Il est un penseur plus enthousiasmant et pertinent que la plupart des philosophes, en général complètement à côté de la plaque. Je suis surpris de sa fécondité, en pédagogie et en ethnologie entre autres.

Malgré certains développement qui étouffent et ralentissent un peu les fulgurances, comme l'a bien compris John cowper Powys, les "Essais" méritent!

Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 20:06

S'efforcer de vivre l'instant présent, c'est artificiel, comme se détacher sans s'être attaché et avoir vécu au préalable. En fait le détachement est légitime et va dans le sens de la vie après que l'homme se soit beaucoup attaché.

De même, on vit dans l'instant présent quand on s'actualise en permanence, quand il y a peu de décalage entre ce que l'on peut faire et ce que l'on fait. Alors, vivre l'instant présent est la conséquence logique et naturelle de l'accomplissement de soi. Mais en faire une cause, c'est impossible. L'homme qui n'a pas fructifié ses dons ne peut vivre sans l'impression simultanée de passer à côté de lui-même, et donc ne peut vivre dans le présent, chercher à s'y concentrer que d'une façon forcée et non naturelle.

Partager cet article
Repost0
12 août 2015 3 12 /08 /août /2015 19:57

Grand poète, piètre philosophe. Ses bonnes idées sont toujours entachées de délire, ce qui me fait penser que Freud, c'est Nietzsche sans le délire.

Nietzsche n'était pas un théoricien du nazisme (il n'était pas antisémite), mais théoricien du fascisme certainement, avec sa théorie de l'aristocratie biologique, son eugénisme (la reproduction n'étant pas autorisée pour tout le monde), ses théories sur l'accroissement égoïste et sans limite, sa répartition simpliste des hommes entre les faibles et les forts.

Socrate était pour lui un dégénéré qui voulait mourir et qui a tout fait pour, un faible donc, et Platon un couillu corrompu par Socrate, un fort, parce que Nietzsche le croyait instinctivement tyrannique et dominateur,. Voilà pour schématiser, et tous ses développements sont de cet ordre. D'ailleurs, les penseurs qui se réclament de Nietzsche sont en général très limités, comme Onfray ou Sollers, ou bien des types largement surestimés comme Deleuze ou Heidegger.

C'est dire.

Partager cet article
Repost0
6 août 2015 4 06 /08 /août /2015 15:40

"Aguirre la colère de Dieu" de Herzog

"Lawrence d'Arabie" de Lean

"Le Sacrifice" de Tarkowski

"Prince Nevski" de Eisenstein

"Quai des brumes" de Carné

"Miracle en Alabama" de Penn

"Midnight in Paris" de Allen

"The Barber l'homme qui n'était pas là" des frères Coen

"Orange mécanique" de Kubrick

"Voyage au bout de l'enfer" de Cimino

"Dogville" de Lars von trier

"Les Damnés" de Visconti

"Mamma Roma" de Pasolini

"La cité des femmes" de Fellini

"Nous nous sommes tant aimés" de Scola

"Novecento" de Bertolucci

"Parfum de femmes" de Risi

"Le Roi et l'oiseau" de Grimault

"Le tombeau des lucioles" de Takayata

"Princesse Mononoké" de Miyazaki

"La ruée vers l'or" de Chaplin

"Les ailes du désir" de Wenders

"Jamais le dimanche" de Dassin

"Quand passent les cigognes" de Kalazatov

"Zorba le grec" de Cacoyannis

"Underground" de Kusturica

"Le cycle antoine Doinel" de Truffaut

"Ordet" de Dreyer

"M le maudit" de Lang

"Matrix la trilogie" des frères Wachowski

"Apocalypse now" de Coppola

"Elephant man" de Lynch

"Printemps, été, automne, hiver" de Kim ki duk

"Meurtre d'un bookmaker chinois" de Cassavetes

"Lord Jim" de Brooks

Partager cet article
Repost0
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 15:28

Happy days

Twin Peaks

Kung Fu

Friends

Dream on

Les Soprano

Oz

Scrubs

Six feet under

Desperate Housewives

Dexter

My name is Earl

How I met your mother

Homeland

Boss

Partager cet article
Repost0
1 août 2015 6 01 /08 /août /2015 15:25

Un homme qui en a bien profité, qui s'est lassé, et qui prétend imposer sa vision du monde à autrui. Eh, man, laisse les autres s'amuser, laisse les vivre et expérimenter, avant un détachement progressif et naturel. Ce que tu leur fais subir, c'est un renoncement avant l'heure, c'est contre-nature man.

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 15:39

"La peau de chagrin" de Balzac

"La Chartreuse de Parme" de Stendhal

"Les Mots" de Sartre

"Le miracle de la rose" de Genêt

"Le Diable au corps" de Radiguet

"La Promesse de l'aube" de Gary

"Le Voyage au bout de la nuit" de Céline

"A l'ombre des jeunes filles en fleurs" de Proust

"L'usage du monde" de Bouvier

"Le Loup des steppes" de Hesse

"Le désert des tartares" de Buzzati

"L'Idiot" de Dostoïevski

"Oblomov" de Gontcharov

"Père et Fils" de Tourgueniev

"Souvenirs d'un pas grand chose" de Bukowski

"Vanité de Duluoz" de Kerouac

"Le loup des mers" de London

"La crucifixion en rose" (Plexus/Nexus/Sexus) de Miller

"Tirez sur le pianiste" de Goodis

"Demande à la poussière" de Fante

"Carapace" de Lawrence King

"La conjuration des imbéciles" de o Toole

"La pierre et le sabre" de Yoshitaka

"Le soleil et l'acier" de Mishima

"Le jeu de l'eau et du feu" de Ya Ding

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2015 5 31 /07 /juillet /2015 15:31

"L'éthique", de Spinoza

"Le monde comme volonté et représentation" de Schopenhauer

Les "entretiens" de Confucius

Le "Tao te king" de Lao Tseu

La "Baghavad Gita"

Le "Traité sur la nature humaine" de Hume

"L'origine des espèces" de Darwin

"Les pensées" de Marc-Aurèle

"L'homme-machine" de La Mettrie

"Le phénomène humain" de Teilhard de Chardin

"La Gradiva", interprétation de Jensen par Freud

"L'Unique et sa propriété" de Stirner

"Matrix, machine philosophique", œuvre collective

"La pensée et le mouvant" de Bergson

"Les Situations philosophiques" de Sartre

Partager cet article
Repost0