Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 23:42

 

 

Mon pays me manque. Les français ont des moeurs étranges. L'exil est parfois douloureux.

Mais c'est le propre du Malouin de s'aventurer en des terres lointaines et déroutantes.

Je perpétue donc la tradition.

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 13:17

 

 

 Depuis mon retour en France, et avant mon prochain départ vers Albion, je ne cesse de m'émerveiller du charme des Françaises. Pas un patelin où je ne croise une beauté !

Les Françaises ont du caractère, elles sont distinguées, racées. Je ne sais pas pourquoi.

Est-ce du  à des influences multiples qui se sont entrecroisées ?

En Bretagne, à Rennes, à Nantes, on trouve de charmantes blondes aux yeux bleus, influence du Royaume-Uni mêlée à la culture Française, donc des filles plus sveltes que leurs cousines.

Vers Strasbourg, c'est le charme Allemand, à Lyon c'est l'Autriche et la Suisse, l'Italie vers Nice et Marseille, l'Espagne dans le Sud-Ouest.

 

Moi qui adore les Espagnoles ( et les Asiat, mais là c'est moins présent ), je n'ai qu'à descendre sur Bordeaux ou le type petite brune épicée à la peau mate réchauffe la ville.

C'est ça la France, un territoire où les homme gâchent le Pays, et les femmes le compensent.

On en a pour tous les goûts.

Quelles sont belles les Françaises !

Le charme de la Bretonne à l'âme océanique et à l'indomptable caractère !

La fille sucrée du Sud et son accent chantant !

La fille du Nord imprégnée du mystère Germanique !

 

Comme paraissent fades et homogènes les Anglaises en comparaison !

Malgré le cosmopolitisme ( d'ailleurs, les Pakistanaises et autres Jamaicaines ne m'attirent pas, contrairement aux Chinoises trop peu nombreuses à mon goût malgré Chinatown - Ah, Chinatown ! ), il faut se lever de bonne heure pour repérer une fille tout juste potable.

Là-bas, il y a un modèle unique : la blonde en surpoids, gonflé du corps et du visage, attifée à la mode Poufiasse ( ce qui pourrait encore convenir pour un mannequin ne fait plus le même effet sur une obèse avec bajoue ), et évidemment totalement ignare.

 

Mon cousin m'avait prévenu, et j'en avais eu un aperçu il y a quelques années. Mais depuis, j'en ai eu maintes confirmations.

Les Anglaises, ce sont des sous-sous Paris Hilton ou Britney Spears.

D'ailleurs, elles ne connaissent pas d'autres modèles, à part la défunte Lady Diana et l'actuelle Kate Middleton.

Pas étonnant que l'on ait prétendu que tous les Anglais soient homo.

Cest faux de toute évidence, mais dans un tel contexte, ça se comprendrait.

C'est même ce qui m'ennuie principalement à Londres, la pénurie fémine haut de gamme.

 

Si j'avais à choisir avec l' Italie ou l' Espagne, je n'hésiterais pas, mais il faut avouer que c'est moins conseillé pour améliorer son Anglais.

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:09

 

 Après un moment d'émerveillement lors de mon arrivée en Angleterre, je finis par m'habituer à tout ce qui fut nouveau au commencement.

Au début, je sortais en quelque sorte de mon moi, puisque tout y était découverte, et tentative d'adaptation au mode de vie Londonienne. Mais comme dit Bouvier, on emporte toujours son moi quand on voyage.

Aussi je finis par me faire assez rapidement à tout ce qui m'était proposé, et mes problèmes existentiels revinrent.

 

Ceci dit, la richesse de la ville, les multiples possibilités de rencontre que j'y trouvais me permirent d'aller de l'avant, malgré mes phases de stagnation/régression habituelles.

Ma vie à Londres fut pleine et épanouissante, et malgré cela, lorsque le charme de la nouveauté s'estompa, je jugeai assez durement le Pays et ses habitants, comme en témoigne mes quelques articles sur Londres.

Beaucoup de choses m'ont déplu dont le climat, la nourriture, l'inculture ambiante et , j'ai par contre loué le civisme des gens.

Je voudrais corriger mon appréciation générale car le retour en France, pour les fêtes de Noël, fut assez pénible.

 

S'il y a une différence notable, entre les Anglais et les Français, c'est bien la politesse des premiers et l'agressivité des seconds.

J'ai lu dans des livres sur les expat qu'il est difficile de se réhabituer aux Pays latins après s'être immergés dans le mode de vie Anglo-Saxon, parce que ce qui nous paraissait être un mal inéluctable avant l'expat ne l'était pas en réalité.

 

Donc je craignais un peu mon retour en France. Comment allais-je vivre la mauvaise humeur, la hargne française ?

 

Eh bien, dès l'Eurostar, je m'embrouillai avec une femme assez agée.

Ayant 3 sacs avec moi, j'attendis qu'un homme qui bloquait le passage rangea ses affaires avant de passer de l'autre côté, car je ne pouvais que le bousculer autrement.

Ce qui est normal pour un anglais.

Eh bien, je me suis fait descendre comme c'est pas permis par une française parce que pour elle je devais passer sans attendre. Mais que j'attendais pour ne pas bousculer l'homme, c'était inconcevable pour elle.

Tellement éloigné de la mentalité anglaise où les gens s'excusent quand, par mégarde, on les bouscule !

Ceci est leur réputation, mais ce n'est pas une légende, ils font vraiment ça.

Dans le métro bondé, on n'empiète pas sur le territoire de l'autre, et on s'excuse à la moindre occasion, a la Japonaise.

Le revers de cette attitude, de ces moeurs, c'est peut-être un manque de franchise.

On n'y est pas très direct, on met beaucoup de formes.

Donc, les débats d'idées sont assez consensuels. On y évite de heurter son interlocuteur qui pourrait facilement être choqué.

 

Ne pourrait-on concilier bonnes manières et polémiques de haute volée ?

Q'importe, la délicatesse anglaise est bien agréable.

 

Peu après l'incident de l'Eurostar, je pris le métro de la Gare du Nord à la Gare Montparnasse, et une jeune fille, qui me marcha sur le pied, s'excusa comme avec contrariété.

J'ai l'impression que pour les Français, s'excuser est vécu comme une humiliation.

 

Ensuite, j'ai vu des Français d'origine Nord-Africaine cracher sur les quais du métro.

En trois mois, j'ai été le témoin de quelques crachats dans la rue à Londres, mais jamais je ne l'ai vu faire dans un lieu public fermé, comme sur les quais.

Pourtant, en dehors des Polonais, des Pakistanais, des Jamaicains, il y a aussi des Nord Africains à Londres.

 

Alors, et si le mal venait des Français de souche finalement ?

Les immigrés prennent le pli, s'adaptent à l'agressivité ambiante, aux Français râleurs, et à Londres, ils s'adaptent aux moeurs si tranquilles et policées des Britanniques.

Et ce qui devrait être la qualité de notre défaut n'est pas évidente.

 

Il n'est en effet même pas certain que notre tempérament vindicatif et contestataire nous serve à défendre nos intérèts.

Comme me l'a fait remarquer une amie suédoise, en France, on manifeste par millions pendant des jours, et tout le monde y perd puisque les réformes passent quand même.

On est toujours dans l'opposition, et on n'a pas appris le consensus qui élève les deux parties. Nos combats sont souvent infructueux.

Alors oui, le modèle à L'Anglo-Saxonne a du bon, et si la qualité de vie y est plus dure, les Anglais la compensent.

Malgré le fait que je sois Français, je ne suis pas loin d'abonder dans le sens de cette boutade Anglaise bien connue : "Dieu a crée la France, le plus beau pays du monde, et pour équilibrer sa création, il y a mis les Français".

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 12:37

 

 

 Une chose m'a marqué ici, l'absence patente de culture. Dans les kiosques à journaux, dans les W&H Smith, il est heureux de tomber sur une revue d'histoire, ou de littérature.

La culture ici, c'est l'économie ( influence d'Adam Smith ) et les sciences physiques et naturelles ( influence de Newton et Darwin ), et basta.

Cela explique qu'un penseur comme Richard Dawkins ( sociobiologie ), soit très considéré à Londres quand on l'abhorre en France.

C'est vrai qu'avec recul, la littérature, la philosophie, la musique classique, l'architecture, la peinture sont globalement loin des richesses de la France, de l'Italie, de L'Allemagne, de la Russie, du Japon.

 

Ainsi, si une fraction des Parisiennes ne goûte pas à la culture ( lectrices de Elle ), au moins les Parisiennes sont-elles séduites par les hommes cultivés, donc elles font un peu semblant.

A Londres, ce n'est pas un élément de puissance, ou bien masqué, donc cela n'intéresse pas les filles.

C'est aussi simple que cela.

J'ai mieux compris, du coup, l'importance de la musique rock ici.

Les Anglais s'y sont mieux défoulés, mieux exprimés que les Peuples d'autres nations, parce qu'au fond ils n'avaient que ça.

 

Le seul point positif, c'est la gratuité des musées, qui prolifèrent, sont immenses et passionnants ( l'essentiel provient des pays que les Anglais ont pillé ).

Parmi les plus connus, le British Museum ( avec les civilisations Assyrienne, Mésopotamienne, Gréco-romaine, Amérindienne, Aztèque, Asiatique etc, ) le Victoria and Albert ( dans lequel j'ai vu des sculptures mythiques sans cesse représentées, et surtout le fameux tableau où Platon pointe son doigt vers le ciel, le monde des Idées, et Aristote le pointe vers le bas, en tant que précurseur des sciences naturelles ), le National Gallery (avec notamment les Tournesols de Van Gogh ), le musée de Sciences et innovations ( dans lequel se trouve un superbe espace réservé à l'aventure spatiale ) le musée de Sciences Naturelles ( avec de nombreux squelettes de dinosaures ), et pour moi parce que c'est celui sur lequel j'ai le plus fantasmé, le musée Freud, qui se trouve dans la maison que Freud occupa après avoir fui les nazis.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 22:10

 

 

 Londres est une ville tres securitaire. Il y a des vigiles, des gardiens, des videurs, des cameras partout. Je pense que les Londoniens craignent les attentats, notamment apres ceux de 2005. Je ne pensais pas etre perturbe par cela, car apres tout, en quoi le fait d'etre filme me derangerait si je respecte les lois de l'endroit ?

 

Mais c'est plus que cela. Il faut le vivre pour le ressentir. Etre surveille en permanence cree un sentiment d'insecurite en fait. En plus, meme c'est sans doute pour la bonne cause, proteger la vie, l'integrite et la tranquillite des individus, cela finit par affecter la liberte et la vie elle-meme,m la creativite, la spontaneite. Par exemple, dans le metro, le systeme est hyper contraignant. Impossible de resquiller. Pourquoi pas? Le probleme, c'est que cela rend impossible ce qui est si vivant, si chaleureux, si folklorique dans le metro de Paris, les musiciens et amuseurs de toutes sortes, ce qui confere entre autres une ambiance specifique a Paris, ce qui fait que Paris sera toujours Paris.

 

Et il n'y a pas que les cameras qui sont omnipresentes. Les barrieres electriques, les vigiles sont partout. Dans les bars, dans les petites et grandes surfaces, dans les musees, les job centers, les bibliotheques, on est suivi, epie par des colosses qui generent une sensation d'agressivite. Sont-ils seulement efficaces en cas de problemes ?

J'ai ete le temoin d'une altercation violente dans un dancing, et le moins qu'on puisse dire, c'est que leurs competences ne sont pas a la hauteur de ce que leur physique promet.

En France, on est moins impressionnant mais on agit plus, pour ceux que je connais en tout cas.

 

Si l'usage du videur s'est repandu en France, ici il y en a 2/3 fois plus a chaque endroit, et meme dans l' equivalent de nos Pole Emploi, on est accueilli par 2/3 brutes epaisses. Ce n'est pas franchement agreable.

 

D'autant que c'est de la protection apparente, car a chaque fois que je suis entre avec un sac dans un lieu public d'importance, tel le British Museum, le Albert and Victoria, la British Library, ils ne l'ont fouille que tres superficiellement, et j'aurais pu tout faire sauter au moins une fois sur deux.

 

Par contre, j'apprecie les policemen anglais, et le sens de leurs rapports avec la population. J'ai pu profiter de leur service a la suite d'une rocambolesque aventure, et j'ai ete surpris de leur amabilite, et aussi de leur bonne entente avec les gens.

Meme les criminels, ou petits delinquants, semblent les respecter, s'excusant avec le tres courant "I'm sorry", prenant conge par "thank you very much", formule consacree de remerciement appuye.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 22:35

 

 

 Ne maitrisant pas la langue anglaise, il ne m'est pas aise de garantir la pertinence de mon appreciation du "Peuple" Anglais, si tant est que les synthetiser de cette maniere brutale ait un sens.

 

J'ai quand meme ete un peu decu. Les Anglais ne correspondent pas au cliche du moustachu se delectant de the et de cheesecake a l'heure du teatime quotidien, helas !

Car qu'est-ce que les Anglais, les Londoniens devrais-je preciser, essentiellement ?

 

Les hommes sont des colosses bruyants qui se reunissent dans des pubs le soir, ou ils peuvent hurler et se taper dessus comme ils le veulent, dans une ambiance d'emulation virile. Ils se soulent regulierement, aiment le foot ( la situation est encore pire qu'en France ), pratiquent la boxe ( pas les arts martiaux, seul le mixed martial arts, ou  combat libre, trouve grace a leurs yeux ).

 

Leur esprit marchand va jusqu'a corrompre l'essence meme de l'aikido puisque la branche degeneree de l'aikido tomiki (avec competition ), a la predominance sur l'aikikai, courant majoritaire ailleurs qui respecte l'esprit originel de cette voie ( sans competition ).

 

Et leur pubs, repaires de brigands eructants !

Ah, combien me manquent les petits cafes et leur ambiance chaleureuses !

Ici,  il y  a  le choix entre des chaines froides et impersonnelles comme Nero ou Starbuck coffee, pour qui reclame son petit cafe.

C'est la terrible emprise de la finance qui a oriente Londres vers ce cote glace.

Par exemple, il y a des quartiers entiers ( comme la City  ), ou l'on galere pour trouver de quoi se restaurer.

Et quand on a trouve, c'est un Paul, un Eat, un Mac Do ou un Pret a manger ( qui n'a de francais que le nom ) froids comme des cliniques, avec des salades et des sandwiches triangulaires. Et c'est avaler sur le pouce.

Ah, la pause dejeuner Parisienne, avec steak/saucisses/omelettes frites, fromages et vin rouge, si conviviale bordel !

"Ni Dieu ni maitre, mais des saucisses et des frites" voila ce qui compte.

 

Ces impressions sont proches de ce qu'ecrivit Henry Miller dans "l'oeil qui voyage".

Dans ce livre, il se refere et a une ancienne experience Londonienne et a sa nouvelle tentative de penetrer Londres.

Pour ce dernier Paris-Londres, il ne fut d'ailleurs question que des falaises Anglaises, puisqu'il s'est fait refluer par les memes douaniers qui tenterent de barrer l'acces de l'Angleterre a Kerouac, des annees apres, ce dernier s'en sortant de justesse grace a sa photo dans un journal qu'il trimballait au cas ou, dans lequel on le voit justement avec Henry Miller. (Kerouac a raconte cette aventure dans "Le vagabond americain en voie de disparition".)

 

De plus, les Anglais sont conformistes ( comme tous les peuples du reste, mais encore un peu plus ).

Leurs excentricites se limitent a l'apparence. Ils craignent le conflit, evitent toujours de heurter dans un gout du consensus, fuient les extremes. Le frenchie contestataire qui debarque sera desappointe par l'absence d'esprit critique, de gout pour les polemiques et debats, l'etat d'esprit et l'apathie qui caracterisent tout le monde anglo-saxon en fait.

Il lui faudra se contenter du "socialist worker", et c'est bien peu.

 

Les Anglais acceptent donc massivement ce que le pouvoir et les specialistes leur proposent comme vrai et bon ( les classifications psychiatriques qui "pathologisent" le dynamisme des enfants par exemple  et soignent leur "hyper-activite" avec dose massive et debilitante de medicaments, dans un souci d'adaptation rapide et forcee, les reformes du travail etc.. et ils vont jusqu'a tolerer ce qui nous paraitrait inacceptable, comme l'implantation de Barbara Harris qui propose aux drogues une somme en echange de leur sterilisation, ce qui est un abus de faiblesse absolument criminel ).

 

Et les Anglaises ?

Eh bien, je ne saurais dire s'il en est seulement quelques-unes de potables.

D'abord parce que beaucoup de filles attirantes ici sont polonaises, francaises, espagnoles, chinoises, japonaises ( quoique pour ces trois derniers exemples, il soit aise d'en connaitre l'origine ).

Ensuite, parce que leur etre reel, tout autant que leur physique reel, sont masques par une telle accumulation de mauvais gout et de vulgarite, qu'ils sont seulement accessibles par une demarche qu'elles ne donnent pas envie d'entreprendre.

Il faut participer a une soiree typique dans un club pour etre atterre. Ce sont donc la les girls du coin ? Oublie le raffinement, ou le cararctere appuye des Francaises, et des latines tout simplement. C'est un autre monde.

 

Pour finir par relever ce que j'ai tant enfonce, une remarque en faveur des Anglais. Il s'agit sans doute de l'endroit de leur mollesse, de leur esprit de troupeau, mais quand meme, oui, on peut le souligner, les Anglais sont moins agressifs que les Francais, ne depassent pas les autres dans les files d'attente ( c'est tres mal vu ), et,  a la Japonaise, evitant d'empieter sur le territoire de l'autre,  poussent le civisme a son paroxysme lorsqu'ils s'excusent quand on les bouscule par maladresse.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 19:06

 

 

 Londres est la ville la plus cosmopolite d'Europe. Il y vit plus de 50 communautes d'au moins 10000 habitants.

Celles dont les membres sont les plus nombreux sont les Polonais, les Jamaicains, et les Pakistanais.

Les immigres se regroupent souvent entre memes origines mais il s'agit la davantage de ceux provenant de pays en voie de developpement. Par exemple les Francais sont plus disperses et ressentent moins la necessite de defendre leurs interets, peut-etre parce qu'ils n'en ont pas besoin ( differences de conditions de vie ). Il existe malgre tout un quartier francais ( South Kensington  ) moque caricaturalement par les Anglais comme le quartier des mangeurs de grenouille. Et il y a aussi un quartier Jamaicain ( Brixton ), un quartier Portugais/Bresilien ( plutot du cote de Stockwell ), un quartier Chinois etc...

 

Chinatown est vraiment typique. Rien a voir avec le 13eme a Paris. Ca fait plutot penser aux grandes villes americaines. C'est presque exclusivement peuple de Chinois et occupe par les touristes, et c'est plutot etendu. Vraiment depaysant, avec une esthetique tres marquee, des banderoles, des "ballons" suspendus roses, rouges...selon les circonstances.

 

En fait, les membres des communautes vivent entre eux, non sans contact avec qui n'est pas des leurs, ne serait-ce que parce que la promiscuite est inherente a la vie Londonienne  ( le metro ), que les lois les concernent tous egalement, mais tout de meme, ils ont tendance a se renfermer, et c'est peut-etre le corollaire de ce qu'on leur permet.

 

Dans un sens, il y a plus de liberte de vivre comme on l'entend, puisqu'ici  les gens ne pretent  pas attention aux moeurs et manieres d'autrui, sauf episodiquement. Ainsi, les femmes en Burqua peuvent deambuler sans crainte de regards pesants.

 

Cette liberte apparente, proche de la mentalite americaine, explique peut-etre pourquoi Londres est la destination privilegiee des emigres provenant des pays "pauvres". C'est peut-etre aussi la raison ( avec l'adaptation aux manieres tranquilles et flegmatiques des Anglais, leur patience parfois proche de la mollesse et exasperante pour un francais ) pour laquelle il y a peu de violences entre communautes, et moins de ressentiments envers le pays d'accueil et ses autochtones.

 

Il s'agit de "vivre et laisser vivre ".

 

Mais on peut aussi s'interroger et se preoccuper du fait que l'on ignore le reel desir des femmes voilees par exemple. Puisque l'Etat ne les "protege" pas par des lois coercitives, en quelle mesure peuvent-elles echapper a l'emprise de leur milieu, si elles le veulent ?

 

Par ailleurs, la bonne entente apparente entre les diverses origines masque des tensions latentes entre par exemple les Jamaicains et les Pakistanais d'un cote, qui constituent l'essentiel du contingent des videurs et des vendeurs d'epicerie/bars tabacs, et nombre d'Anglais de "souche", qui font appel a leur service pour promener le chien, faire le menage et le repassage par exemple, et au fond les meprisent.

 

Et puis, une manifestation de l'isolement communautaire est revelee par le faible taux de couples mixtes.

 

Donc, le modele d'integration Anglais, s'il semble meilleur au commencement, moins source de tensions ( ce qui est bien anglais, eviter le conflit ), se revele, quand on creuse,plus contestable, voire potentiellement inquietant.

 

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 17:06

 

 

Je n'ai pas vecu assez longtemps a Londres pour pretendre avoir sonde l'esprit de la ville. Et puis, comme mon niveau d'anglais ne me permet pas une communication satisfaisante avec les autochtones,  je ne peux reellement les situer.

Neanmoins, ayant beaucoup bouge depuis mon arrivee, j'ai collecte une quantite d'experiences, qui pourraient presque, developpees, me servir de matiere pour un livre.

C'est qu'en effet, tout differe de la France ici.

 

Cela est quand meme surprenant de constater autant de differences a si peu de distance, et entre des pays provenant d'une meme aire civilisationnelle.

La nourriture, le climat, les paysages, les lieux de convivialite, le langage, les transports, l'architecture, le melange de population, les habitudes, la politique, la place de la  culture et jusqu'a la mentalite des individus sont specifiques au lieu. ( et que dire du clavier adapte a leur langue, c'est-a-dire sans accents )

 

D'abord, il y a des evidences, et les cliches aussi, plus ou moins fondes,sur la langue, le climat, la nourriture !

 

L'anglais par exemple. Pas de probleme, c'est une evidence, il y a des differences. Mais combien de  non expatries  savent-ils comme il est difficile de comprendre et de se faire comprendre, l'ecart immense entre l'oral et l'ecrit, les batailles dantesques pour ne serait-ce que commander un cafe ?

Car il existe une maniere exacte de prononcer one coffee et la plus legere faute d'accentuation et c'est l'incomprehension du Britannique, qui, admettons-le, n'y met pas beaucoup du sien en general,

Sans compter qu'il faut s'y faire, au flux rapide et precisement accentue de l'Anglais car si, en France, il peut ralentir par souci pratique, il ne faut pas y compter chez lui.

Cette "incommunicabilite" constante, cette impossibilite de s'exprimer pleinement, est amusante au debut, mais devient vite lassante. Je me fais parfois l'impression d'etre un autiste, et alors je ressens le besoin d'entendre du francais, et de le parler. Il a fallu que je m'en eloigne pour prendre conscience de la beaute de ma langue maternelle. Quel plaisir de visionner des extraits du "roi et l'oiseau" sur le net, et d'ecouter cette merveilleuse poesie, avec cette douceur  de notre langue qui charme tant les etrangers.

 

Pour ce qui est du climat, le prejuge est fonde sur du solide. Oui, il pleut tres souvent a Londres. Le taux de pluviometrie n'est pas superieur a celui de Paris, mais en place de quelques averses tres denses, c'est une quantite incroyable de pluies comme du crachin qui vont tremper Londres, lui donner cette atmosphere humide. Et puis il fait froid, il vente, et nuit noire a 16h l'hiver.

Comme chaque chose a son contraire dans l'immense dynamique de l'Univers, c'est sans doute grace a ce temps difficile que Londres contient de si beaux parcs, remplis d'arbres aux merveilleuses couleurs, et peuples d'ecureuils et de renards. Et comme Londres est 17 fois plus etendue que Paris pour 3 fois plus d'habitants, et que sa population est donc plus de 5 fois moins dense, les Londoniens ont  souvent des jardins, et,aides par la pluie qui leur permet d'en developper tous les possibles,la munificence de leurs jardins les recompensent de leurs soins.

 

C'est ce qui m'a le plus marque au debut, les immenses et magnifiques parcs et les innombrables jardins particuliers, si vivants parce que remplies de couleurs et d'animaux.

 

Pour la nourriture, eh bien, la cuisine n'est pas ce dans quoi les Anglais excellent. Ici, il y a  beaucoup de vegetariens.

Est-ce lie a leur amour, louable, des animaux, et des chiens en particulier ?

En tout cas, difficile de trouver une boucherie, un poissonnier dignes de ce nom, de la viande ou du poisson autres que sous cellophane !

En fait, la cuisine anglaise a evolue ces dernieres annees, influencee par une  immigration specifique, notamment indienne ey pakistanaise.

 Comme la paella et le couscous sont devenus des plats referenciels en France, ici c'est le poulet au curry qui remplace progressivement le traditionnel "fish and chips".

Le "chicken" est omnipresent, dans tous les etals des petites echoppes, dans les grandes surfaces ( Tesco, Sainsbury, Costercutter, Marks&Spencer ), dans les chaines alimentaires tels KFC ou meme Mac Do, dont beaucoup plus de produits qu'en France sont a base de poulet !

 

Ce qui me manque ici, c'est le pain. Ce qui sert de pain aux Anglais, c'est du pain de mie et c'est lassant a la longue. Il est possible de se procurer du pain polonais et francais mais de mediocre qualite !

Ah, le bon pain francais !

Par contre, s'il est une specialite culinaire que les anglais reussissent, dont  ils n'ont pas a rougir, c'est la patisserie. Leurs muffins au chocolat sont delicieux, et je crois qu'il me serait possible de me damner pour un cheesecake aux framboises.

Helas, selon l'eternelle loi du yin et du yang, le plaisir que l'on prend a manger ces delicieux gateaux se paie de son envers, l'embonpoint que l'on acquiert presque instantanempnt sur le corps et le visage,

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

Recherche

Liens