Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 13:41

 

Nabe, il a du style, mais rien à dire.

Le nobel pour Dylan, c'est immérité, et il en avait pas besoin.

Pour Beigbeder, Bedos, Baer, qui se croient géniaux, le génie absolu, c'est Fitzgerald, qui s'occupe de grands bourgeois qui boivent des cocktails et s'ennuient. C'est normal, c'est leur monde. Ils s'y reconnaissent.

"Le jeu des perles de verre", c'est : le personnage principal a synthétisé le yin et le yang, l'idéalisme et le matérialisme, le corps et l'esprit, le spiritualisme et l'athéisme, l'Orient et l'Occident, le jour et la nuit, l'homme et la femme... Mais Hesse, il développe pas.

Je me suis replongé dans "Le voyage", et je pense que Céline, c'est peut-être le plus grand écrivain français du 20ème siècle, plus que Proust. Dès l'entame, ça commence fort. Si ses théories littéraires sont un peu foireuses, (son livre le meilleur restant pour moi le plus classique, et je pense qu'il s'est égaré avec ses excès de 3 petits points), le Voyage est un sacré livre quand même. Il paraît que Junger détestait Céline. Je n'accroche pas à Junger, et l'éloge de la guerre et de l'indifférence stoïque, très peu pour moi. Dans  Le Voyage, il y a la quintessence de Kerouac, de Henry Miller, et de Conrad. On parle toujours de son style mais ce livre recèle quantité de développements perspicaces, et tout le passage sur le bateau qui emmène Bardamu en Afrique est comme l'illustration anticipatrice de la théorie du Bouc émissaire de René Girard.

Edouard Louis, plébiscité sans cesse, est, comme son idole Annie Ernaux, très surestimé. C'est plus de la sociologie produite par un étudiant moyen que de la littérature, et on est bien loin de Jean Genêt!

Houellebecq, que je méprise un peu, car il est un stéréotype Baudelairien, un sans corps, un spleeneux, un va aux putes, l'opposé des hommes solaires comme London, la souris papivore anémique et Mallarméenne que critique Katanzakis, eh bien, lui il est vraiment intelligent. Il a un esprit bien à lui. Dans le hors-série sur Schopenhauer du magazine littéraire, parmi tous les spécialistes, (j'en connais d'ailleurs 2 personnellement), c'est lui qui a la contribution la plus intéressante. Il explique qu'il ne lit plus Nietzsche, qu'il lui préfère Schopenhauer. Il se gausse de l'esthétisme de Nietzsche, ce qui est classique. Il trouve le vouloir vivre moins réducteur que la volonté chez N.C Il pense que les dissertations de N sont d'un bon niveau, mais que ses aphorismes sont moins pertinents que ceux des moralistes français, et que sa poésie, sa grande oeuvre, "Ainsi parlait Zarathoustra" est franchement mauvaise, de la poésie médiocre. Je pense qu'il a raison, mais ce sont des vues assez originales, personnelles, et courageuses. Enfin, lui, il peut , a la légitimité pour se le permettre, comme dirait Bourdieu, mais quand Van Damne prétend que Picasso c'est nul, qu'on la lui fait pas, là ça ne passe plus. Comprenne qui pourra.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Recherche

Liens