Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 23:22

Brian    Polar

Brian se reposait. Après chaque contrat, il se ressourçait, méditait, plongeait en lui-même. Comment en était-il arrivé là ? Le boulot était monotone, mais empli également d’excitation. Il risquait sa vie, le moins possible. « L’aventure est un accident que j’ai toujours cherché à éviter » écrivait Monfreid. Brian se préparait, planifiait, anticipait, et il se débrouillait pour avoir toujours le dessus. Rien de particulièrement courageux. Il repensait souvent à la succession d'événements qui l'avait mené tout naturellement à ça. Un vrai traité philosophique contre le libre arbitre. D’ailleurs, la philo, il connaissait. Mais ça n’avait rien changé.

 De quels sombres enfers sortait-il ? Des images de « Miracle en Alabama », de « Breathless », le travaillaient, esquissant des analogies avec son vécu. Tel le héros de « The Barber », ou un personnage issu des romans de David Goodis, il avait essayé de s’en sortir de manière plus conforme aux attentes de la société que celle esquissée par la suite. Après divers placements en instituts lors de sa jeunesse, de l’asile psychiatrique à la maison de correction, un passage chez les Parachutistes, de multiples aventures basées sur le mépris, l’humiliation, le déni de ses capacités, il avait tenté de prouver au monde et de se prouver à lui-même qu’il pouvait mieux que ce qu’il avait montré et exprimé, c’est-à-dire rien. Alors, il avait repris des études, réussi un Bac littéraire quand celui-ci avait encore quelque valeur, puis entrepris des études de philo jusqu’à la maîtrise. Pour rien. Nulle réponse réellement salvatrice dans les bouquins de philo.  Au contraire, il était devenu si savant qu’il ne pouvait plus communiquer avec les gens. Toujours, comme Socrate, obligé de s’adapter. La culture l’avait encore plus coupé du monde qu’il l’était, l’avait irrémédiablement isolé. Il ne pouvait aller vers les gens, car pour aborder des inconnus, il faut une amorce attractive, chercher à plaire. Or, il était autrefois si obsédé par le souci de plaire qu’il en annihilait complètement ses goûts, sa personnalité. Et cela, il n’en était plus question. Plutôt rester seul que s’intégrer en sacrifiant son vrai moi. Il fallait donc venir à lui. 

S’il appréciait quelques individus, il détestait l’humanité, et le concept même d’humanité. Tuer un animal lui était beaucoup plus difficile que tuer un homme. Après tout, les animaux ne lui avaient rien fait. C’était même lui qui les avait brimé, plus jeune, quand il n’avait pas compris qu’il reproduisait un cycle de violence, si tangible dans « Manderley ». Depuis, il tuait des hommes. Certains, parce qu’il était payé pour le faire, d’autres par plaisir, car il s’offrait des extra, et parfois le plaisir et le travail coïncidaient. Les hommes, barbares hurlant, lyncheurs hypocrites, cancer de la création, il ne les aimait pas. Il n’était cependant pas dupe. Il avait lu Schopenhauer, Darwin. Il savait que dans la nature, il y a aussi stratagèmes, camouflages, feintes, manipulations, tensions, violence. D’une certaine façon, le mal était inhérent au fait de vivre, à la vie, mais l’homme lui paraissait de loin le pire. Pire dans ses rapports avec ses semblables, pire dans l’asservissement radical des autres espèces, pire en ce qu’il utilise quantité de moyens d’emprise terribles, dont un en particulier, les mots. Aussi préférait-il la compagnie reposante des animaux, avec lesquels il n’y a pas de jugement verbal de leur part, de pression pour trouver ses mots, de justification à donner sans cesse. Sans doute une pression familiale terrible, en même temps qu’un désintérêt total pour lui, une dénégation de sa vie intérieure, est-elle l’origine de sa relégation, de sa perception du genre humain, et de sa haine envers lui.
Comment être reconnu quand on a été baigné dans « l’effort pour rendre l’autre fou », et qu’on n’a cessé de rencontrer des êtres destructeurs ? Alors, on se méfie de tout le monde, et c’est bien normal.

Les choses avaient commencé simplement. Brian avait des compétences. Il s’était décidé, il avait franchi le pas, il avait sauté. Hésitant à se lancer dans le mercenariat, il eut soudain l’idée qu’il pouvait passer à l’action, éliminer quelqu’un de son choix, quelqu’un de particulièrement odieux à ses yeux, qui incarnerait vulgarité et irrespect.. Ca ne manquait pas, des gens de ce bois. Il se demanda quel être cela lui ferait le plus plaisir d’éteindre. Il y en avait des tonnes. Il opta pour un animateur en vogue, qui lui paraissait particulièrement scabreux. C’était plutôt la norme à la TV, à la radio. Les médias étaient encombrés, saturés d’une débilité volontaire, d’une grossièreté sans limites, d’une infantilisation tyrannique. C’en était à désespérer des radio libres, à regretter la TV sous Pompidou !
La cible, c’était le niveau supérieur, un abrutisseur des masses hors pair, parrainé par un homme d’affaires à l’ambition tentaculaire, un ami des politiques en vue.

Il fallait, de sa province, monter à Paris, trouver la cible dans un moment où elle s’isolerait, prendre son temps entre les présentations et l’acte pour en profiter, la liquider, s’arranger pour ne pas laisser de traces, revenir, et enfin jouir de l’action accomplie, relayée par les médias, bien sûr anonymement.
Pas évident !  (à suivre)

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 22:35

J'ai tendance à écrire sur des courants de pensée, des hommes, que je descends, parce que j'en vois les failles, les faiblesses ou les travers. 

Mais il existe aussi quantité de personnes qui font un travail remarquable, dont on parle plus ou moins dans les médias. Je pense par exemple au Capitaine de la Boudeuse Patrice Franceschi aventurier, écrivain, à Jean-marie Pelt, excellent passeur sur les plantes, à Emanuelle Coccia sur la vie des plantes également, à Ameisen, avec ses célèbres "Sur les épaules de darwin", à Etienne Klein, à Yuval Noah Harari qui associe intelligemment histoire, sociologie, économie, philosophie, sciences naturelles, à Irvin Yalom, psychiatre, écrivain, dont je recommande "La méthode Schopenhauer", et "Mensonges sur le divan", à François Jullien et ses rapprochements entre philosophie Occidentale et pensée chinoise, à Matthieu Crawfort, qui montre clairement que les travaux manuels peuvent être plus riches sur le plan cognitif que les professions dites intellectuelles. 

Et tant d'autres qui font oeuvre originale, profonde et salutaire, mais qui, hélas, ne pénètrent que peu les masses.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 22:28

J'ai regardé le début d'un film, "Husbands" de Cassavetes. J'ai été choqué. Même si j'aime bien Cassavetes d'habitude, on y voit une bande de copains ivres, agressifs, sans respect pour les autres, empiétant sur leur sphère intime. il y a des pays ou on tue pour moins que ça. Typiquement des sales cons. S'il faut être une ordure, violeur, et ne respectant personne pour être in, je préfère encore l'ordre bourgeois. Et puis le film "Les Valseuses" nous suffit dans ce genre là. Après on critique les militaires. Mais des sales types vulgaires qui emmerdent tout le monde, qu'ils soient de la coloniale ou anarchistes, ça reste des êtres dont il faut se débarrasser.

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 17:01

 

C'est la grande tendance. C'est dire si la société actuelle rend les gens malheureux pour engendrer un tel besoin. Matthieu Ricard, le Dalaï lama, Tchi nhat hanh, Eckart Tollé, Jacques Salomé, Laurent Gounelle, l'inénarrable Frédéric Lenoir, et même des philosophes qui y vont de leurs réflexions sur le bonheur.Tous ces bouquins ne cessent de ressasser les mêmes platitudes, et expriment la même médiocrité, encensée par Psychologie magazine.

Pitoyable et d'une incommensurable niaiserie! Si les gens ne font pas l'effort pour penser contre les tendances dominantes, et pour se bousculer un peu, ils resteront avec leurs préjugés et ne développeront jamais de pensée personnelle, certes inconfortable.

"Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde. Je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leurs âmes".

Tocqueville De la démocratie en Amérique

Je ne vais pas développer sur l'AT et sur la PNL, dominants dans la formation continue. Il suffit de taper sur Google "Programmation neuro linguistique critique" et on trouve d'excellents articles sur le sujet. Et pourtant ces charlatans manipulateurs continuent d'exercer leur emprise sur le monde de l'entreprise, et, comme les voyants, font payer très cher leurs prestations. J'ai regardé les contre arguments des formateurs et autres "maîtres praticiens", et ils se sont révélés bien faibles comme je m'y attendais, certains "PNListes" proches du délires et escrocs évidents. C'est le danger du Net. N'importe quel gourou peut y faire sa publicité et y prendre de l'ampleur.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 20:49

 

Plébisciter Hanouna, c'est plus être dans l'insignifiance et la vulgarité, c'est être dans l'abjection.

Hanounah chez Canal +, ça a un parfum de Madame Verdurin princesse de Guermantes.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 20:17

 

Leurs critiques ont perdu la tête. A force de niveler les perspectives, ils mettent 3 T à n'importe quel dessin animé moyen, à n'importe quel film d'auteur ennuyeux, mais n'en mettent que 2 à des chefs d'oeuvre comme Lawrence D'Arabie, Accatone, Mamma Roma ou l'animé le Roi et l'oiseau. Et c'est affligeant!

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 20:08

 

On avait la médiocrité déjà largement partagée avec Guillaume Musso, Marc Lévy, D'Ormesson, Onfray, Beigbeder et consorts. Il y a un nouveau qui marche fort, un type qui écrit des livres "qui font du bien" selon l'expression consacrée!

Eh oui, dans le genre des écrivains branchés "spirituels", on a trouvé encore plus nul que Coelho. Mais si, c'est possible! J'ai nommé l'insipide, les lieux communs incarnés Laurent Gounelle. Il risque pas de déranger beaucoup celui-là. Un bon businessman comme le très plébiscité et charlatanesque Eckart Tollé, tous les deux compilateurs incohérents de pensées traditionnelles.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 19:52

Encore un article sur La Mettrie après La Mettrie un matérialisme radical. 

Ce que n'ont pas compris beaucoup d'interprètes, c'est que l'extension du caractère machinique du corps à l'âme humaine n'empêche pas les émotions d'exister et d'avoir leurs fonctions, et même les étend aux animaux, dans une filiation pré Darwinienne (esquissée par Maupertuis également), ce que ne permettait pas la conception du corps automate dépourvu d'âme pour les animaux chez Descartes. Il n'y a pas un corps machine mécanique froide d'un côté, et une âme raisonnable et sensible uniquement humaine de l'autre, ou une absence d'âme animale, mais chaque corps vibre et ressent, et cela inclus tout vivant, et la machine qui vit est une machine certes déterminée,, mais néanmoins originale, chaude et émotive. "L'âme est la forme du corps" comme l'écrivait Aristote.

La révolution opérée par La Mettrie, ce n'est pas une dévalorisation de l'homme par son explication mécaniciste, c'est au contraire une extension de la considération portée à tout corps, et donc aussi aux animaux, une valorisation de tout le vivant.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 19:40

 

Les animateurs de cette radio passent beaucoup de temps à ridiculiser les électeurs du FN un peu rustres et primaires. Soit. Mais la façon dont ils s'y prennent est violente et méprisante, comme la domination d'une classe sociale sur une autre moins favorisée financièrement et culturellement. Ils devraient relire Bourdieu. Sont-ils eux-mêmes très cultivés? Ils paraissent bien sûrs d'eux, suffisants. Doutent-ils d'eux-mêmes? Se prennent-ils eux aussi pour les cons qu'ils critiquent?

Une remarque d'ailleurs, c'est qu'on ne se moque pas des déficients intellectuels, des mongoliens, mais on ne s'en prive pas pour les cons (mais qu'est-ce un con?) comme s'ils choisissaient librement de l'être (le projet originel d'existence Sartrien). Mais s'ils avaient l'intelligence de Proust ou de Dostoïevski, ils seraient Proust ou Dostoïevski, et pas, par exemple, Coe ou Hanouna. On ne choisit pas plus d'être con que d'être mongolien, de même qu'on n'est pas à l'origine de sa beauté, de son énergie ou de sa vivacité d'esprit (critique du mérite).

Ainsi, je trouve violent le film "Le dîner de cons". C'est un film très méprisant quelque part, et les types qui s'en gaussent (Lhermitte et Huster dans le film) paraîtraient tout aussi cons aux yeux d'Einstein, de Balzac ou de Faraday par exemple, et en plus cyniques et superficiels, en dessous finalement des cons dont ils se moquent.

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 19:29

 

Vu un reportage où les femmes qui avaient couché avec les Allemands étaient tondues, voire lynchées et violées. Le narrateur disait que c'était le fait des "résistants de la dernière heure", bref des mauvais français en somme. Je suis bien d'accord. Mais j'ai une question. Où étaient les bons français, les vrais résistants? Ils n'étaient pas là pour protéger ces femmes en tout cas. Etait-ce par lâcheté, parce qu'ils ont été surpris, submergés par la violence de la foule, ou étaient-ils également parmi les lyncheurs? Dans ce dernier cas, ce serait aussi de belles ordures! En tout cas, on a pas beaucoup de témoignages impliquant des résistants ou des hommes qui se soient interposés. 

Facile d'exclure sa propre potentielle monstruosité, et de la projeter sur le supposé tout autre, quelque soit le nom du tabou transgressé, l'assassin, le collabo, le traître, le parricide ou le pédophile. La monstruosité, ou "l'inquiétante étrangeté", on la porte tous en soi, et c'est le fait des gens "normaux" l'ignorant volontairement qui engendre le plus grand mal.  Les tueurs isolés font moins de victimes que les gens ordinaires (Hiroshima, les nazis, les communistes, les guerres mondiales, guerres de religion, etc, au final des millions et des millions de victimes.) Et ce n'est pas fini.

Partager cet article
Repost0